Murs en pierres sèches et petites structures

Une mosaïque de petites structures telles que des murs de pierres sèches, des tas de branches, de bois ou de pierres, de grands arbres avec des creux, des haies naturelles ou des prairies sèches contribuent fondamentalement à favoriser la biodiversité. De nombreux reptiles, insectes, mammifères et oiseaux dépendent d’environnements variés pour se nourrir, nicher, se cacher, etc. Quels types de structures peut-on trouver dans le jardin de la biodiversité ?

Pendant des siècles, les murs en pierre sèche ont été construits sans chaux ni ciment, pour soutenir les terrasses ou délimiter les prairies et les pâturages, un travail qui exigeait des compétences spécifiques.

Les conditions de vie de la flore et de la faune sont très difficiles dans un mur sec et, par conséquent, seules les espèces qui peuvent résister à de grandes variations de température y vivent. Les murs de pierres sèches abritent également une grande variété de plantes qui se sont adaptées à la vie parmi les pierres, avec très peu d’eau et de terre disponibles.

Une plante typique des murs en pierres sèches est la Borracina (
Sedum album
). Son nom rappelle le mot « bouteille d’eau », en raison de la particularité des feuilles à retenir l’eau. C’est précisément grâce à cette caractéristique qu’il peut survivre sur les pierres et les rochers exposés à des températures élevées. Il s’agit d’un arbre à feuilles persistantes qui pousse de manière rampante et vivace et qui devient brun en hiver. Les tiges avec les petites fleurs blanches, par contre, ne poussent qu’en été.

L’Asplenium
Asplenium trichomanes
est une fougère qui préfère les rochers et les murs, s’installant dans les petites cavités entre les pierres. Il est souvent présent dans les murs en pierre sèche. Les fougères se reproduisent grâce aux spores qu’elles produisent et sans fleurs ni graines. Cette absence de fleurs a souvent laissé les gens perplexes. L’incrédulité des gens est allée jusqu’à attribuer aux fougères des pouvoirs magiques.

Le papillon Apollon
Parnassius apollo
Il préfère les biotopes secs avec un sol maigre et pierreux. Il se nourrit volontiers des nectar des scabieuses et des chardons, sur lesquels il passe volontiers la nuit. La chenille au lieu de cela, se nourrit principalement de borracine. Dans notre région, elle est présente de juin à Septembre. Pour maintenir ce magnifique papillon, la plante hôte doit être sauvegardée de la chenille et veiller à ce qu’il y ait suffisamment de chardons, de scabieuses et d’ambrettes. Une pénurie de Les plantes nectarifères appropriées peuvent être un facteur limitant.

Les Ramarro
Lacerta bilineata
Il vit sur les pentes ensoleillées avec des arbustes et des herbes denses. Elle nécessite également des structures pierreuses telles que des murs de pierres sèches ou des rochers où l’on peut s’abriter et profiter de l’eau. la chaleur accumulée par la pierre. En Suisse, on la trouve principalement au Tessin et en Valais, mais dans les zones habitées, elle est surtout menacée par les chats qui la chassent. Les spécimens adultes atteignent une longueur moyenne de 30 cm, mais peuvent aussi atteindre 40 cm. Son régime alimentaire se compose d’insectes, d’araignées et d’escargots.